L’AOMF – Mot du Président

Bienvenue sur le site des Ombudsmans et Médiateurs de la Francophonie

     Après deux décennies de la création de l’Association des Ombudsmans et Médiateurs de la Francophonie, on ne peut que constater que cette dernière a œuvré au soutien de la médiation institutionnelle en tant que mécanisme à la fois efficient et souple, permettant de maintenir l’équilibre souhaité entre l’administration et les citoyens, ainsi que le renforcement des rôles des institutions actives dans ce domaine sur tous les plans, national, régional et international.

     Ces actions visent la contribution aux efforts menés pour surmonter les contraintes auxquelles fait face le secteur public, sur les plans de la gouvernance et de la défense des droits de l’Homme. Ceci étant au regard du grand nombre de dossiers soumis aux administrations, la complexité des procédures et des mesures administratives, ainsi que la lourdeur bureaucratique qui entache leur gestion de la chose publique.

     L’adhésion des Ombudsmans et des Médiateurs de différents continents dans cette association constitue un indicateur reflétant le degré de conscience en l’importance des rôles et missions qui leur incombent, afin d’établir les droits et de redresser les torts, tout en contribuant à la propagation de la culture de la médiation et de la moralisation du secteur public.

   Cette association a choisi d’inciter la création des institutions de médiation dans les pays qui n’en disposent pas, tout en étant une passerelle de communication et de partage de la connaissance dans ses différentes formes, un espace d’échange d’expériences et d’expertises, ainsi qu’un atelier de renforcement des capacités. Ainsi, elle a permis, depuis sa création, la production d’un cumul cognitif et méthodologique en matière de médiation.

     Elle a également contribué, et contribue encore, à l’interaction induite par les différents sujets et problématiques liés à la dynamique croissante que connait le domaine des droits de l’Homme dans ses dimensions démocratique et sociale, chose qui nécessite la recherche d’autres moyens et outils institutionnels pour défendre ses droits, dont justement les institutions de médiation en tant que défenseurs de droits.

    L’Association ne cesse de fournir également tous les efforts afin de propager « la déontologie des médiateurs » en tant que valeurs communes parmi les différentes institutions membres, susceptibles de restaurer leur crédibilité, garantir leur indépendance et intégrité, et soutenir leur rôle afin de réaliser les objectifs liés à leur objet et raison d’être.

     Je suis convaincu que, grâce à notre coopération, notre association assurera le rôle d’acteur principal dans toutes les activités, programmes et plans tracés par ses soins, dans le respect des principes de justice et d’équité. Ce faisant, elle gagnera la confiance de ses adhérents, et leur permettra de contribuer, chacun selon sa position et ses moyens, au renforcement des principes de la gouvernance administrative et la propagation de la médiation institutionnelle sur tous les plans. Toutes ces actions visent à rendre l’accès aux droits à la portée de tous les citoyens, sans discrimination aucune.

     Compte tenu de ce qui précède, et de ma capacité de Président de cette association, j’aurais l’immense plaisir de poursuivre les efforts déjà engagés par mes prédécesseurs, qu’ils soient au niveau de structures juridiques, ou de la poursuite des chantiers déjà lancés, tout en inaugurant d’autres chantiers qui prennent en considération les nouvelles orientations fixées pour la prochaine étape, ou dans le cadre de la coopération, de la consultation et du dialogue constructif avec l’ensemble des autres collègues.

M. Mohamed BENALILOU

Médiateur du Royaume du Maroc

Président de l’AOMF