Des professeurs veulent faire reconnaître leur statut

Pays : BURKINA FASO
Institution : Le Médiateur du Faso
Domaine d’intervention : Prestations sociales (retraites, chômage, sécurité sociale, …)

Explication du problème

Les Écoles Satellites (ES) et les Centres d’Éducation de Base non Formelle (CEBNF) étaient un projet expérimental créé en 1995 dans le cadre de la mise en œuvre du Plan Décennal de Développement de l’Education de Base (PDDEB) en partenariat avec l’UNICEF.

Les ES/CEBNF n’étaient pas des écoles classiques, mais des écoles relevant de la communauté puisque la philosophie qui les soutiendraient était basée sur la participation communautaire. Les maîtres et animateurs des ES et CEBNF au nombre de 843 avaient la liberté de partir ou de rester et recevaient un désintéressement d’un montant de trente mille (30 000) qui ne leur était pas payé à échéance régulière (retard de payement).

Face à cette condition difficile de travail, ils auraient tenté vainement de faire prendre en compte les préoccupations qui sont les leurs (clarification de leur situation juridique, couverture sociale, rémunération mensuelle conséquente, achèvement de certaines infrastructures scolaires, prise en compte de leur ancienneté) et ont saisi le Médiateur du Faso, par l’entremise de leur bureau national.

Intervention

L’instruction de ce dossier, afin d’y trouver une solution définitive, a conduit le Médiateur du Faso à interroger et suivre les actions du ministère concerné (Enseignement de Base et de l’Alphabétisation) de 2003 à 2012 pour voir aboutir l’intégration progressive et définitive de 833 enseignants sur 843 à la Fonction publique (les dix restant sont atteints par la limite d’âge requise pour l’intégration).

Résultats et suivi

La plupart des réclamants ont été intégrés à la Fonction publique. Ce dossier a été géré pendant 9 ans avec trois ministres qui se sont succédés à la tête du département de l’enseignement de base.