Un homme récupère malgré lui la dette en souffrance de sa petite amie

Pays : CANADA
Institution : Ombudsman du Nouveau-Brunswick
Domaine d’intervention : Energie

> Retour à la liste

Explication du problème

Nous avons reçu un appel téléphonique d’un plaignant concernant son nouveau compte à la Société d’énergie du Nouveau-Brunswick. Lui et sa petite amie avaient emménagé dans un nouvel appartement, pour la première fois, et le nouveau compte pour leur appartement avait été créé à son nom. Or, la petite amie du plaignant avait accumulé, à son ancienne résidence, une dette envers la Société. Le plaignant ne vivait pas avec elle à ce moment-là et la petite amie avait signé une attestation avec Énergie NB stipulant que la dette en souffrance lui incombait entièrement.

Au moment d’assumer la responsabilité de la dette, elle a également fourni à Énergie NB sa nouvelle adresse afin que la Société puisse lui envoyer la facture visant sa dette. Malgré ces mesures, Énergie NB a ajouté la dette au nouveau compte d’électricité du plaignant. Un représentant d’Énergie NB a dit au plaignant, au téléphone, que tant que lui et sa petite amie habiteraient ensemble, la dette de cette dernière resterait à son compte à lui. Le plaignant trouvait qu’il était injuste que son compte porte une dette qu’il n’avait pas engagée et que cette situation pouvait nuire à son crédit à l’avenir. En outre, il devenait par le fait même responsable de la dette de sa petite amie, qu’ils continuent à vivre ensemble ou non, étant donné que la dette avait été ajoutée à son compte à lui.

Intervention

Préoccupés par le fait qu’un représentant d’Énergie NB avait ajouté la dette au compte du plaignant, nous avons téléphoné pour obtenir d’autres renseignements. Lors d’un entretien avec un représentant officiel d’Énergie NB, ce dernier a confirmé que la dette incombait uniquement à la petite amie du plaignant. Cette dernière avait signé un engagement avec la Société par lequel elle avait accepté d’acquitter la dette en versant un paiement toutes les deux semaines. C’est lorsqu’elle n’a pas versé ses paiements bimensuels que la Société a transféré la dette au compte du plaignant.

Résultats et suivi

Quand nous avons demandé ce qui autorisait la Société à transférer la dette au plaignant, les représentants ont admis qu’une erreur s’était produite et qu’ils n’avaient pas l’autorité de transférer la dette. Pour remédier à cette erreur, la Société a rayé la dette du compte du plaignant et l’a mise entre les mains d’une agence de recouvrement. Le plaignant a été heureux d’apprendre que la dette n’était plus à son compte.

Les autres cas d’école

ALBANIE
BELGIQUE
BENIN

Médiateur de la République du Bénin

BULGARIE
BURKINA FASO
CANADA

Défenseur des enfants et de la jeunesse du Nouveau-Brunswick

COTE D’IVOIRE
DJIBOUTI
ESPAGNE
FRANCE
GUINEE

Médiateur de la République de Guinée

HAITI

Protecteur du citoyen et de la citoyenne

ITALIE
LUXEMBOURG
MACEDOINE
MADAGASCAR
MALI
MAROC
MAURICE
MOLDAVIE
MONACO

Haut Commissariat à la Protection des Droits, des Libertés et à la Médiation

NIGER
ROUMANIE
SENEGAL
TCHAD

Médiateur de la République du Tchad

TUNISIE

Médiateur administratif de la République tunisienne

Actualités :