Mieux informer les parents d’enfants accueillis en centres de réadaptation

Pays : CANADA
Institution : Protecteur du citoyen du Québec
Domaine d’intervention : Jeunes en difficultés

> Retour à la liste

Explication du problème

Une mère s’est plainte du peu d’information qu’elle avait reçue lors du placement de ses enfants de 11 et 13 ans dans un centre de réadaptation.

La citoyenne considérait qu’il était important pour sa famille d’être suffisamment informée. Elle affirmait que ce que vivaient quotidiennement ses enfants au centre de réadaptation (le côté humain, leurs émotions) lui était inconnu. De plus, la citoyenne était d’avis que le plan d’intervention était inadéquat.

Intervention

La citoyenne désirait être présente pour ses enfants tout au long de leur démarche de réadaptation.

Le processus d’accueil pour les parents et pour l’enfant lors de l’admission de ce dernier à l’unité s’avère une étape importante et structurée.

Une pochette d’accueil était remise aux enfants. Celle-ci contenait une série de documents, dont l’horaire d’une journée type et le code d’éthique de l’établissement. Bien qu’il soit toujours possible de l’obtenir des enfants, rien ne pouvait confirmer que la citoyenne ait reçu directement cette pochette ou un document équivalent pouvant lui indiquer, par exemple, le déroulement des activités quotidiennes.

Il existait également une politique précisant que les parents devaient être informés d’événements précis concernant leur enfant, notamment lors de procédures d’isolement, de contention, d’incidents ou d’accidents graves.

Compte tenu du jeune âge des enfants, une régularité dans les échanges d’information entre les parents et le personnel de réadaptation s’avère tout à fait appropriée et pertinente.

Résultats et suivi

Le Protecteur du citoyen a recommandé au centre de protection de l’enfance et de la jeunesse : de fournir aux parents, au moment de l’admission des jeunes, une information écrite notamment sur l’horaire type d’une journée et sur les modalités de communication entre les parents et le centre de réadaptation. Il sera possible d’inclure toute autre information jugée pertinente.

Le centre a accepté de donner suite à la recommandation du Protecteur du citoyen.

Les autres cas d’école

ALBANIE
BELGIQUE
BENIN

Médiateur de la République du Bénin

BULGARIE
BURKINA FASO
CANADA

Défenseur des enfants et de la jeunesse du Nouveau-Brunswick

COTE D’IVOIRE
DJIBOUTI
ESPAGNE
FRANCE
GUINEE

Médiateur de la République de Guinée

HAITI

Protecteur du citoyen et de la citoyenne

ITALIE
LUXEMBOURG
MACEDOINE
MADAGASCAR
MALI
MAROC
MAURICE
MOLDAVIE
MONACO

Haut Commissariat à la Protection des Droits, des Libertés et à la Médiation

NIGER
ROUMANIE
SENEGAL
TCHAD

Médiateur de la République du Tchad

TUNISIE

Médiateur administratif de la République tunisienne

Actualités :