Le personnel du Défenseur des droits de l’Homme a participé à une formation de deux jours sur la Convention d’Oviedo.

– Défenseur des droits de l’Homme de la République d’Arménie –

Les 13 et 14 avril, le personnel du Défenseur des droits de l’homme a participé à une formation de renforcement des capacités de deux jours pour le bureau du Défenseur des droits de l’Homme sur la Convention d’Oviedo.

L’objectif de cette formation était d’accroître les capacités et les compétences du personnel du Défenseur en matière de droits de l’Homme et de principes éthiques énoncés dans la Convention pour la protection des droits de l’homme et de la dignité de l’être humain à l’égard des applications de la biologie et de la médecine (Convention d’Oviedo).

Le Défenseur des droits de l’homme Anahit Manasyan et le Chef du Bureau du Conseil de l’Europe à Erevan Maxim Longange ont accueilli les participants.

Dans son discours, Anahit Manasyan a exprimé sa gratitude et a souligné l’organisation de tels cours visant à développer les capacités du personnel, qui contribuent à la formation d’un système plus fort de protection des droits de l’homme.

Anahit Manasyan a souligné l’importance de la Convention d’Oviedo, notant que celle-ci régit la protection de la dignité et des droits de l’Homme dans le domaine de la biologie et de la médecine, définissant les exigences fondamentales et minimales pour assurer les droits de l’homme dans ce domaine.

La Défenseure a réaffirmé son engagement à maintenir la question de la ratification de la Convention d’Oviedo par l’Arménie au centre de l’attention, ainsi qu’à contribuer à l’organisation et à la mise en œuvre du processus de sensibilisation du public aux droits prévus par la Convention.

Dans le cadre du cours, le professeur de philosophie du droit de l’Université Lumsa, l’expert international du programme  » Protection des droits de l’Homme en biomédecine II « , Fabio Macioce, et l’avocate, greffe de la Cour européenne des droits de l’Homme, Boglarka Benko, ont présenté au Bureau du Défenseur les règles prévues par la Convention d’Oviedo, les travaux du Conseil de l’Europe en matière de protection des droits de l’homme dans le domaine de la biomédecine, ainsi que l’accès aux services de santé, les restrictions relatives à l’âge de la procréation et d’autres droits et libertés garantis par la Convention d’Oviedo.

L’événement de deux jours a été coordonné par Mikael Khachatryan, directeur a.i. du centre de recherche, d’expertise et d’éducation du bureau du défenseur des droits de l’homme de la RA, et Mary Katvalyan, responsable du programme « Droits de l’Homme en biomédecine » du bureau d’Erevan du Conseil de l’Europe.

Le cours a été organisé dans le cadre du programme du Conseil de l’Europe « Droits de l’Homme en biomédecine II », qui est mis en œuvre dans le contexte du Plan d’action du Conseil de l’Europe pour l’Arménie 2023-2026.

Site internet du Défenseur des droits d’Arménie
2024-04-22T10:24:59+02:00
Aller en haut