Ombudsman: Les enfants de Bulgarie méritent une enfance plus sûre et plus heureuse

– Ombudsman de la République de Bulgarie –

« Nous sommes de nouveau le 1er juin et le ciel bulgare sera une fois de plus rempli de ballons colorés symbolisant l’enfance heureuse des enfants bulgares. Des chants et des danses retentiront sur les scènes et les places, des centaines de personnes se féliciteront et souhaiteront tout ce qu’il y a de mieux pour les enfants : progrès, soutien, opportunités, droits, éducation de qualité, soins de santé accessibles, politiques pour les enfants prioritaires, ressources pour soutenir les familles, intégration des mesures et des sphères, terrains de jeux sportifs, environnement sûr et beaucoup de sourires ! Mais cela ne devrait être qu’une partie de la célébration ! Aujourd’hui, il est plus important que nous, en tant qu’institutions et société, confirmions notre engagement à aider, protéger et garantir le respect des droits de chaque enfant.

C’est pourquoi aujourd’hui, en ma qualité de médiateur national et d’autorité indépendante protégeant les droits des enfants, je voudrais attirer l’attention sur les problèmes et les obstacles auxquels sont confrontés les politiques de l’enfance, les enfants et les familles. Il est aujourd’hui d’autant plus important de prêter attention aux groupes d’enfants vulnérables – les enfants en situation de pauvreté, les enfants handicapés, les enfants issus de communautés marginalisées, les enfants réfugiés et les enfants dont les parents vivent et travaillent à l’étranger sur le long terme.

Tout comme nos prédécesseurs de l’Union pour la protection de l’enfance en Bulgarie, qui ont organisé une procession dans les rues de Sofia en 1928 à l’occasion de la Journée de l’enfance. Le Premier ministre Andrey Lyapchev, le métropolite de Sofia Stefan, des membres du Parlement, des maires et des personnalités publiques ont pris la tête du cortège, mais il ne s’agissait pas de célébrations et de réjouissances. L’appel des participants était de ne pas oublier les enfants pauvres, les enfants victimes du tremblement de terre. Les appels lancés à la population étaient les suivants : « remplir le devoir public envers les enfants et montrer que peu de choses ont été faites pour les enfants de Bulgarie ». Pour la première fois en Bulgarie, des personnalités publiques et politiques se sont réunies pour chercher des réponses à ces questions : Que sait-on des enfants et dans quelle mesure ? Combien d’entre eux souffrent de la faim ? Combien d’entre eux sont contraints de travailler ? Comment les enfants se développent-ils ? Qui s’occupe des enfants abandonnés et des orphelins de guerre ? La mortalité infantile, les maladies, la malnutrition – des problèmes qui n’ont pas été couverts par des efforts publics efficaces, alors que l’aide de l’État aux enfants était très limitée. L’Union pour la protection de l’enfance a tenté d’attirer l’attention du public sur une toute nouvelle attitude à l’égard des enfants en Bulgarie, considérée comme un devoir pour tous les adultes et une responsabilité pour l’avenir d’un pays.

Aujourd’hui, en tant que société, nous sommes à nouveau confrontés à la nécessité de trouver des solutions à des problèmes similaires – les données démographiques sont effrayantes : la population d’enfants âgés de moins de 14 ans a diminué de plus de 40 % ; le risque de pauvreté et d’exclusion sociale pour les enfants est supérieur à 33 %. Dans cette situation, les enfants bulgares ne peuvent réaliser que 61 % de leurs capacités, selon les données de l’Organisation mondiale de la santé. Cela signifie que la Bulgarie a besoin de politiques globales pour garantir un développement adéquat à chaque enfant bulgare.

Malgré les progrès réalisés par l’État dans certains domaines des droits de l’enfant, ceux-ci restent partiels ; il convient également de tenir compte du fait que peu de recommandations des observations finales du Comité des droits de l’enfant pour la Bulgarie de 2016 et 2018 ont été mises en œuvre de manière satisfaisante. Cette situation montre qu’il existe un certain nombre de problèmes et de défis qui peuvent être décrits en relation avec l’état des politiques de l’enfance dans le pays.

Les niveaux de discrimination et de violence à l’égard des enfants, d’abus, de ségrégation continue à l’égard des enfants roms, de diminution des capacités d’apprentissage des enfants après les pandémies et l’absence de mesures compensatoires et d’atténuation de leurs conséquences négatives sont toujours préoccupants. Le phénomène de la pauvreté infantile et générationnelle, qui entraîne l’exclusion sociale, ainsi que les enfants sans représentation légale parce que leurs parents vivent et travaillent à long terme en dehors du pays.

Aujourd’hui, comme il y a cent ans, il n’y a toujours pas de politique visant à améliorer le processus de collecte de données ; il y a un problème particulier avec les données ventilées et, plus spécifiquement, les données sur les enfants handicapés, les enfants vivant dans des environnements et des situations marginalisés et les enfants roms. La collecte de données concernant le bien-être et la protection des enfants pose également des problèmes importants. Un certain nombre d’exemples montrent des divergences dans les données concernant le nombre d’enfants victimes du crime le plus grave – le meurtre prémédité, pour lequel les informations des institutions concernées diffèrent jusqu’à 10 fois, ainsi que les cas d’enfants victimes de violence, le nombre d’enfants réfugiés non accompagnés et d’autres encore.

Le manque de données partagées et adéquates entrave la formulation et la réalisation d’un suivi approprié des politiques et des programmes visant à appliquer les droits de l’enfant. La création, l’application et l’évaluation des politiques sont rarement basées sur des données quantitatives fiables ; la plupart des documents stratégiques se réfèrent aux statistiques officielles collectées par l’Institut national de la statistique et Eurostat. Dans la plupart des cas, il n’y a pas de lien direct entre les données citées dans l’un ou l’autre document et les mesures et résultats attendus qui y sont énoncés. La plupart des documents nationaux ne disposent pas de séries d’indicateurs adéquats pour suivre et évaluer la mise en œuvre, qui pourraient montrer l’existence, l’absence ou les progrès de certaines politiques ou une évaluation du risque de pauvreté pour les enfants, de l’exclusion sociale, de la violation de leurs droits fondamentaux.

Lire la suite de l’article au lien suivant : Ombudsman: Les enfants de Bulgarie méritent une enfance plus sûre et plus heureuse

Traduction non officielle 13/06/2023

Site internet de l’Ombudsman de la République de Bulgarie
2023-06-13T15:21:26+02:00
Aller en haut