« Une administration plus agile et plus proche des gens est nécessaire »

– Síndic – Défenseur des personnes –

La Síndica a présenté son rapport au Parlement 2022 au Président Aragonais.

De plus en plus de personnes s’adressent à l’institution pour obtenir des conseils et des orientations en matière de services publics.

Elle a fait part au Président de la volonté de l’institution de se transformer, en tant qu’outil permettant d’améliorer le service fourni par la Generalitat a la ciudadanía.

Le président de la Generalitat, Pere Aragonès, a rencontré ce matin la Síndica de Catalogne, Esther Giménez-Salinas, qui lui a remis le Rapport au Parlement.  Ce rapport couvre l’activité de l’institution pour l’année 2022, avec les questions les plus importantes et une série de recommandations aux administrations pour améliorer la garantie des droits des personnes.

Dans la partie consacrée aux données, le Médiateur s’est attaché à expliquer que si le nombre de plaintes reçues est pratiquement le même qu’avant la pandémie (environ 10 000 par an), le nombre de consultations continue d’augmenter d’année en année (9 987 en 2018 et 13 381 en 2022). Par conséquent, de nombreuses personnes, en particulier les plus vulnérables, se tournent vers le bureau du Síndic pour obtenir des informations, des conseils et des orientations, car il leur est difficile de les trouver dans les services de soins de l’administration publique. Elle a également exprimé sa préoccupation quant au fait que 45% des plaintes reçues sont liées aux politiques sociales, ce qui montre que l’appauvrissement des familles est en train de devenir une réalité.

Mme Giménez-Salinas a également exprimé le besoin de rendre l’administration plus agile, plus efficace et, surtout, plus proche des citoyens et plus conviviale. Sur ce point, la Síndica a insisté sur la nécessité de simplifier les procédures administratives et de faire en sorte que la numérisation ne soit pas un obstacle pour les personnes les plus vulnérables, qui souffrent souvent des problèmes liés à la fracture numérique.

En ce qui concerne l’institution du Síndic de Greuges, Mme Giménez-Salinas a fait part de la volonté d’en faire un outil plus efficace. Bien que les chiffres d’acceptation des recommandations formulées par l’institution soient bons – plus de 95 % des recommandations ont été acceptées – la Síndica constate que l’administration travaille de manière réactive, pour résoudre les cas concrets qui lui sont présentés. C’est pourquoi elle a déclaré qu’elle souhaitait que l’institution ait une volonté transformatrice, de sorte que les plaintes et les actions d’office aient un impact sur la communauté et servent de moteur au changement des politiques publiques ou des protocoles d’action. Cependant, pour y parvenir, il est nécessaire de collaborer avec les administrations. Sur ce point, elle a parlé de la nécessité d’établir des canaux de communication directs, fluides et constants entre le Síndic et l’administration de la Generalitat, afin de faciliter une action rapide lorsque l’on détecte des services ou des politiques qui ne fonctionnent pas comme prévu.

Le Síndic a également voulu faire part au président de sa volonté d’aller à la rencontre des groupes les plus vulnérables et, en particulier, des personnes en risque d’exclusion sociale, des enfants, des personnes âgées et des migrants. Et aussi sa volonté de se rapprocher du territoire et de travailler en réseau avec les entités sociales, main dans la main avec les médiateurs locaux.

Traduction non officielle 18/04/2023 Lien vers l’article originel

Site internet du Síndic – Défenseur des personnes
2023-04-18T11:07:50+02:00
Aller en haut