Le Síndic veut connaître les actions entreprises par les administrations en réponse au phénomène des piqûres dans les lieux de vie nocturne

– Le Síndic – Défenseur des personnes Catalogne –

Près de soixante femmes ont déclaré avoir été victimes d’un guet-apens dans des lieux de vie nocturne

Le mandat du Síndic comprend la défense des droits et des libertés dans le domaine de la non-discrimination en raison du sexe.

Dans le cadre d’une intervention d’office, le Síndic a demandé des informations à la Generalitat et à la Mairie de Barcelone afin de connaître les mesures prises lorsqu’un de ces cas est détecté.

Le Síndic a appris par les médias que près de soixante femmes ont déposé une plainte auprès des Mossos d’Esquadra (police catalane) pour avoir subi une piqûre dans des lieux de vie nocturne. Selon les informations disponibles, il ne s’agit pas d’un phénomène isolé en Catalogne, mais semble se produire dans d’autres pays européens depuis l’automne 2021.

Selon certains reportages, ces cas ne peuvent être considérés comme des soumissions chimiques car, à ce jour, ces piqûres n’ont pas été liées à des abus sexuels ou à des vols. Il ne semble pas non plus que des traces de drogue aient été trouvées dans les analyses cliniques effectuées sur les victimes, et aucune des personnes piquées n’a contracté de maladie.

Le Síndic sait que, dans ces cas, les Centres de Soins Primaires (CAP) activent le protocole de piqûre accidentelle et offrent également un soutien psychologique. Il existe également une ligne d’assistance téléphonique, ouverte 24 heures sur 24, contre la violence sexiste. Les Mossos d’Esquadra (police autonome catalane), qu’il y ait ou non une plainte, enquêtent sur les cas et les transmettent à la division des enquêtes criminelles.

La loi 17/2015 sur l’égalité effective des femmes et des hommes établit que le Síndic est l’organe chargé de défendre les droits et les libertés en matière de non-discrimination basée sur le genre et, conformément à ce mandat, il a ouvert une action d’office dans le but de connaître la situation et les actions spécifiques menées par les administrations pour faire face à ce phénomène.

Dans ce sens, le Síndic s’est adressé au Ministère de la Santé du Gouvernement autonome de la Catalogne afin de connaître les mesures prises dès que la victime se rend compte de l’agression à l’arme blanche, les soins prodigués dans les CAP et les hôpitaux, le protocole d’agression accidentelle à l’arme blanche mentionné ci-dessus et les soins physiques et psychologiques dont bénéficient les victimes, avec une éventuelle orientation vers d’autres services ou administrations.

Il a également demandé au ministère catalan de l’Intérieur des informations sur l’intervention des Mossos d’Esquadra (nombre de plaintes, s’il y a eu des cas chez des mineurs, études réalisées et protocoles d’action établis) et sur la collaboration avec la police locale. Le Síndic a également contacté le ministère autonome catalan de l’Égalité et du Féminisme pour connaître les actions entreprises en rapport avec ces incidents.

Au niveau local, le Síndic s’est adressé au Département des Droits Sociaux, de la Justice Globale, du Féminisme et des LGTBI de la Mairie de Barcelone pour savoir si un protocole d’action a été établi en relation avec ces cas, s’il y a eu des réunions avec des représentants de la vie nocturne et si des critères d’action communs ont été convenus.

Traduction non officielle. 29/08/2022 Lien vers l’article originel

Site internet du Síndic Défenseur des personnes Catalogne
2022-08-29T15:18:22+02:00
Aller en haut