Haïti/Criminalité : Des tueries sur des membres de la population civile en toute impunité

– Office de la Protection du citoyen Haïti –

L’Office de la Protection du Citoyen (OPC), Institution Nationale de promotion et de protection des Droits Humains a appris avec consternation la tuerie perpétrée à Tabarre 27 par des bandits armés du gang de Cité Doudoune alliés de “400 mawozo” le samedi 20 août 2022. Lors de cette attaque meurtrière qualifiée d’actes terroristes, huit personnes ont été exécutées dont trois membres d’une même famille brulés vifs. Les cadavres calcinés des victimes dans leur véhicule et plusieurs autres corps sans vie longés sur la chaussée prouvent le degré de la cruauté de ces actes de barbarie qui méritent des réponses proportionnelles.

L’Office de la Protection du Citoyen présente ses sympathies à Me Simson DESANCLOS à l’occasion de la disparation brutale de sa femme Josette Fils DESANCLOS et de ses deux filles, Sarahdjie DESANCLOS et Sherwood Sondjie DESANCLOS.

Ce crime collectif de trop vient allonger la liste des victimes du phénomène de banditisme qui a atteint une proportion alarmante. De nouvelles formes et stratégies d’opérations sont mises en œuvre par les groupes criminels opérant sans foi ni loi dans le pays. A titre d’exemples : le 6 août 2022, l’ancien Sénateur de la République et Directeur Général de l’Entreprise Publique de Promotion et de Logements Sociaux (EPPLS), Yvon BUISSERETH et son chauffeur ont été assassinés et brulés sur place dans un véhicule officiel par des bandits, membres du gang de Ti makak, opérant à Laboule 12 ; le dimanche 14 août dernier, l’Hôpital Raoul PIERRE-LOUIS, situé dans la commune de carrefour, a été attaqué violemment par un groupe d’individus lourdement armés qui ont fait irruption dans la salle d’urgence soutenue par Médecins Sans Frontières en violation flagrante des principes les plus élémentaires en matière du droit à la santé. Un patient a été enlevé puis exécuté par la suite à la sortie de l’Hôpital.

L’OPC note qu’en dépit des efforts remarquables déployés par la Police Nationale d’Haïti pour traquer et démanteler les gangs armés, les populations de divers quartiers de Port-au-Prince, de la Croix-des-Bouquets, de Tabarre et de Cité Soleil continuent d’être victimes et prises en otage.

En vertu des instruments internationaux relatifs aux droits de l’homme ratifiés par Haïti, l’Office de la Protection du Citoyen croit opportun de rappeler aux autorités du pouvoir central qu’il incombe au premier plan à l’État la responsabilité de prendre toutes les dispositions nécessaires afin de garantir le droit à la vie et à la sécurité de la population. Dans ce contexte, tout en espérant urgemment le renforcement des capacités opérationnelles de la PNH et le fonctionnement des structures judiciaires, l’OPC en profite pour souligner que le redressement de cette situation inacceptable nécessite également un élan de solidarité nationale et internationale dans cette conjoncture où la vie est banalisée par des terroristes regroupés à travers des gangs armés dans l’aire métropolitaine et dans certaines régions du pays.

Site internet de l’Office de la Protection du citoyen Haïti
2022-08-29T15:34:24+02:00
Aller en haut