Le Síndic s’autosaisit pour étudier les critères utilisés dans la consultation sur les Jeux Olympiques d’hiver

– Síndic – Défenseur des Personnes (Catalogne) –

Le Síndic souhaite connaître les raisons pour lesquelles le gouvernement considère que seuls les citoyens de l’Alt Pirineu et de l’Aran sont concernés.

Le Síndic rappelle que pour rendre effectif le droit à la participation, il est nécessaire de garantir l’accès de la population aux informations.

L’hypothèse du vote de tous les citoyens de Catalogne doit être envisagée.

Le 22 janvier, le gouvernement de la Generalitat de Catalogne a annoncé son intention de mener une consultation contraignante, au cours du printemps 2022, sur les Jeux olympiques d’hiver Barcelone-Pyrénées 2030.

Selon les rapports publiés, la proposition consisterait à appeler au vote les citoyens de plus de 16 ans des comtés de l’Alt Pirineu et d’Aran – Pallars Jussà, Pallars Sobirà, Alta Ribagorça, Alt Urgell, Cerdanya et Vall d’Aran – mais exclurait les comtés de Ripollès, Berguedà et Solsonès.

Les citoyens et les équipes gouvernementales des départements pyrénéens non inclus, en particulier le Ripollès et le Berguedà, ont exprimé leur désaccord car ils considèrent qu’ils sont fortement affectés par la décision d’organiser ou non les Jeux olympiques d’hiver.

De même, certains des conseils municipaux concernés ont dénoncé le manque d’information sur la proposition et affirment qu’ils n’ont pas été suffisamment informés sur ce qui est prévu, les investissements possibles, les effets environnementaux, les projections économiques ou les infrastructures, ce qui ne leur permet pas d’exprimer leur opinion sur la proposition du gouvernement lors d’une éventuelle consultation, ni d’informer correctement la population concernée.

11/02/2022 Traduction non officielle Lien vers l’article originel

Site internet du Síndic – Défenseur des Personnes
2022-02-11T14:30:12+01:00
Aller en haut