Résultat d’enquête : À l’urgence, il faut évaluer l’état de la personne en tout premier lieu

– Protecteur du citoyen du Québec –

La plainte

Un citoyen très mal en point se présente à l’urgence d’un hôpital. On refuse toutefois de le soigner, car il n’a pas sa carte d’assurance maladie. L’homme porte plainte au Protecteur du citoyen.

Le contexte

  • Un citoyen se présente à l’urgence. Il a accès au régime public des soins de santé, mais il n’a pas sa carte d’assurance maladie avec lui.
  • Malgré les douleurs qu’il dit ressentir, on lui explique que, sans sa carte, il ne peut pas recevoir de soins.
  • L’homme se rend dans un autre hôpital. On le traite alors pour une embolie pulmonaire, un trouble dangereux devant être pris en charge rapidement.

Ce que notre enquête a révélé

  • Le personnel du premier hôpital exigeait de voir la carte d’assurance maladie des visiteurs avant d’évaluer leur état au triage.
  • Cette façon de faire est contraire à la Loi sur les services de santé et les services sociaux. En effet, toute personne qui se présente à l’urgence doit être vue au triage, même si elle n’a pas sa « carte soleil ».

Le résultat

Le Protecteur du citoyen s’est adressé à l’établissement responsable des soins et services offerts par l’hôpital en question. L’établissement s’est engagé à ce que le personnel infirmier au triage évalue toute personne qui se présente à l’urgence avec ou sans sa carte d’assurance maladie.

Ce cas est tiré de notre Rapport annuel d’activités 2019-2020.

Site internet du Protecteur du citoyen du Québec
2021-03-08T11:11:56+01:00
Aller en haut