Hôpital : tenir compte de l’état général des personnes qui veulent utiliser une civière

– Protecteur du citoyen du Québec (Canada) –

La plainte

Une dame souffrant d’un cancer et recevant des soins palliatifs à domicile doit attendre des heures à l’urgence. Même si elle se sent fatiguée et faible, on lui refuse l’accès à une civière. Un de ses proches porte plainte au Protecteur du citoyen.

L’enquête

  • Une dame souffrant d’un cancer se rend à l’urgence d’un hôpital accompagnée d’un proche. Elle est dirigée vers la salle d’attente.
  • Puisqu’elle patiente pendant plusieurs heures, elle aimerait pouvoir s’allonger sur une civière.
  • Elle et son accompagnateur le mentionnent au personnel infirmier à plusieurs reprises. La dame précise qu’elle se sent fatiguée et faible en raison de sa maladie.
  • Malgré tout, leur demande est refusée. La décision du personnel est prise en fonction des symptômes qui ont poussé la dame à se rendre à l’urgence. Selon l’établissement, ceux-ci ne sont pas assez graves pour justifier l’utilisation d’une civière ou encore d’un fauteuil plus confortable.
  • Le Protecteur du citoyen considère que le personnel aurait dû considérer l’état général de la dame pour prendre sa décision.

Le résultat

Le Protecteur du citoyen a recommandé au Centre intégré de santé et de services sociaux de rappeler au personnel :

  • que l’état général des personnes recevant des soins palliatifs doit être pris en compte;
  • qu’il ne faut pas considérer seulement la raison de leur visite à l’urgence.

Ainsi, le personnel pourra mieux évaluer la nécessité de les diriger vers une civière ou vers un fauteuil plus confortable

Le Centre intégré de santé et de services sociaux a accepté de faire le rappel.

2019-03-06T15:13:07+00:00