Le Médiateur du Faso a remis ses rapports 2015, 2016 et 2017 au Président du Faso

– Le Médiateur du Faso –

La remise officielle du rapport d’activités annuel est une disposition consacrée par la loi n° n° 017-2013/AN du 16 mai 2013 portant attributions, organisation et fonctionnement du Médiateur du Faso.

C’est en respect de cette disposition que madame le Médiateur du Faso a présenté les trois documents à son Excellence Monsieur Roch Marc Christian KABORE, documents retraçant l’ensemble des activités que le Médiateur du Faso a mené pendant ces trois années consécutives.

En rappel, madame SEREME SERE a prêté serment le 27 octobre 2017, mais l’administration étant une continuité, elle a également régularisé la situation en transmettant au Président du Faso le Rapport d’activités de l’année 2015 qui était en souffrance de transmission, ainsi que Le Rapport de 2016 qui n’avait été ni élaboré, ni transmis.

Mme le Mediateur du Faso a présenté au Président du Faso la synthèse des activités majeures, notamment le traitement des dossiers de réclamations, les auto saisine mais également des interventions en équité.

Au titre de l’année 2015, on retiendra la participation de l’institution au renforcement de la réconciliation nationale et de la cohésion sociale pour des élections apaisées, avec l’appui d’une mission de solidarité des Médiateurs des pays membres de l’AMP-UEMOA.
En matière d’auto-saisine, les cas relatifs à la rupture en oxygène médical au Centre hospitalier universitaire SOURO SANOU (CHUSS) de Bobo-Dioulasso et la médiation entre les populations du village de Souri (Région de la Boucle du Mouhoun) et les responsables de l’Université de Dédougou au sujet du site destiné à abriter ladite université, ont été résolus avec succès.

Au cours de l’année 2016, le fait majeur ayant marqué l’année 2016, aura été l’intervention spéciale du Médiateur du Faso en matière de maintien de la paix dans la Région des Cascades pour contribuer à ramener la paix entre la population de Outourou et celle de Néguéni (province de la Léraba) après un conflit particulièrement exacerbé par le projet de construction par l’ Administration , d’un Collège d’Enseignement Général et d’un Centre de Santé Primaire et Social, conflit ayant entraîné mort d’hommes, destruction de biens et forte dégradation du climat social dans la zone concernée.
Une auto-saisine a été opérée sur les conditions de vie et de détention à la MACO au Burkina Faso avec des recommandations proposées.

L’année 2017 a connu un cachet particulier avec l’entrée en fonction de madame Saran SEREME SERE en fin octobre, avec des résultats engrangés en quelques deux mois d’activités.
Ce dynamisme a permis une augmentation de la saisine du Médiateur du Faso de 18%.
Au niveau de dossiers de réclamations instruits ayant fait l’objet de recommandations à l’administration, 73,08% ont connu une issue favorable.
Le Médiateur du Faso, madame SEREME SERE s’est investi dans un dossier particulièrement important qu’elle a traité sur le plan de l’ équité : il s’agit du cas de 29 agents contractuels de la Direction d’une Administration à caractère publique.
Le Médiateur du Faso se réjouit d’avoir pu apporter sa pierre à l’apaisement du climat social dans cet Organisme stratégique et d’avoir pu accompagner utilement les acteurs concernés vers la recherche de solutions les plus équitables possibles et la préservation des emplois dans toute la mesure du possible.
En matière d’auto-saisine le Médiateur du Faso est intervenu à temps de certaines crises de sorte à éviter certains extrémismes permettant de renouer le dialogue.
Certaines contestations a également fait l’objet de concertations engagées avec les différents acteurs du monde universitaire ce qui a contribué à contenir des menaces de perturbations des activités.

A l’issue de la présentation, le Médiateur du Faso a reçu les félicitations et les encouragements du Président du Faso pour le travail de qualité accompli au profit des citoyens.

Le Chef de l’Etat a expliqué que le Médiateur du Faso est une institution qui contribue à la paix sociale et de ce point de vue, l’Administration publique a le devoir de répondre à ses différentes interpellations afin de parvenir à des solutions justes pour un climat apaisé dans notre société.
Il a promis de prendre les mesures qui conviennent pour que l’institution puisse mener sa mission convenablement et a encouragée madame le Médiateur du Faso dans les innovations qu’elle compte entreprendre pour que les citoyens puissent faire davantage défendre leur droits dans un climat social apaisé.
Il a souhaité une meilleure réactivité des acteurs aux recommandations et interpellation du Mediateur, une synergie d’action et une complémentarité agissante entre les différents acteurs institutionnels pour le renforcement de l’Etat de droit et l’ancrage de la Bonne gouvernance.
Le respect et le renforcement des institutions est le baromètre et le garant du renforcement de la Démocratie.

2019-01-07T16:22:14+00:00