AOMF

ACTUALITÉS

Toutes les actualités de l'AOMF

Les principaux défis du pays en matière de protection des enfants

Bureau du Médiateur de Djibouti - 14/06/2017

Le 16 juin marquera la Journée Mondiale de l’enfant africain, je voudrais profiter de cette occasion pour rappeler les principaux défis auxquels nous faisons face en matière de protection des droits de l’enfant. Il s’agit des mutilations génitales féminines (MGF), de l’enregistrement des naissances et des mariages précoces.

A Djibouti, l’excision est interdite depuis la révision du Code pénal, entrée en vigueur en avril 1995. L’article 333 du Code pénal interdit toutes les formes de violence : il prescrit que « la violence imposée par les mutilations génitales féminines faites aux femmes est passible de cinq années d’emprisonnement et d’une amende d’un million de francs Djibouti (4000 euros).


De plus, une loi a été votée en 2009 qui permet aux associations œuvrant contre les MGF, de se porter partie civile à la place des victimes qui ne seraient pas en mesure de recourir à la justice.


Aussi, la consommation de khat et de drogue des jeunes constitue un véritable fléau dans notre société ces derniers temps. Le Ministère des Affaires Musulmanes de la Culture et des Bien Wakfs, ainsi que le Ministère de la Femme et de la Famille ont en fait leur cheval de bataille. Ils ont formé des leaders religieux car ces derniers sont très influents dans nos différentes communautés afin de transmettre les messages.


De vastes campagnes de sensibilisation sont menées à travers tout le pays en partenariat avec le Programme des Nations Unis pour l’enfance (UNICEF), le Programme des Nations Unis pour la Population (FNUAP) et la délégation de l’Union Européenne à Djibouti.

Inscription infolettre

Droits de l'enfant

Droits de l'enfant Voir le site